Un patrimoine naturel à préserver

© Bretagne Vivante
© Bretagne Vivante

Caractéristiques


Le contexte géographique en quelques chiffres, issus des Chiffres clés du patrimoine naturel publiés par l'Observatoire de l'Environnement en Bretagne en 2015 :

  • Les côtes les plus longues de métropole avec un linéaire de 2 730 km extrêmement découpé et marqué une alternance rapide de substrats durs (chaos rocheux, falaises...) et meubles (dunes, vasières...),
  • De nombreux îles et îlots représentant 70% des entités insulaires de métropole (5 500 entités cartographiées totalisant 19 900 ha),
  • Un réseau hydrographique particulièrement dense avec 640 bassins versants et 30 000 km de cours d'eau,
  • Une mosaïque de milieux parmi les plus complexes de métropole dans laquelle les milieux agricoles dominent avec 70% de la surface totale occupée par les milieux agricoles, 24% par les forêts, fourrés, landes et prairies et 6% par les terres artificialisées (zones urbaines, industrielles et commerciales).

 

La biodiversité bretonne reflète le caractère littoral et péninsulaire du territoire :

  • La région accueille ainsi 40% des effectifs d'oiseaux marins nicheurs et de limicoles hivernants, 50% de la population de Phoque gris et la quasi totalité de la population de Grand Dauphin de métropole,
  • La faune piscicole d'eau douce est marquée par la présence d'espèces migratrices amphihalines : Saumon atlantique, Anguille d'Europe, Alose feinte, Grande Alose, Lamproie marine et Lamproie fluviatile,
  • Certaines espèces sont endémiques ou quasi endémiques, parmi lesquelles le Narcisse des Glénan, le Panicaut vivipare, le lichen Enterographa brezhonega ou encore l'Escargot de Quimper,
  • D'autres espèces se trouvent en limite de répartition méridionale (ex : Ormeau, Macareux moine), septentrionale (ex : Pouce-pied, Couleuvre vipérine) ou occidentale (ex : Couleuvre d'Esculape, Loriot d'Europe).

Enjeux


Grâce aux travaux du Conservatoire botanique national de Brest (CBNB) et d'une cinquantaine d'experts faunistiques, animés par l'Observatoire de l'Environnement en Bretagne et validés par le Conseil scientifique régional du patrimoine naturel (CSRPN), nous disposons désormais de listes rouges régionales pour la flore vasculaire, la faune vertébrée et les crustacés décapodes d'eau douce.

 

Basées sur la méthodologie préconisée par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), ces listes distinguent 9 catégories de menaces :

Taxons disparus  Taxon éteint au niveau mondial
Taxon éteint à l’état sauvage
Taxon disparu au niveau régional
Taxons menacés Taxon en danger critique
Taxon en danger
Taxon vulnérable
Taxons à surveiller Taxon quasi menacé
Taxons non menacés Taxon de préoccupation mineure
Menace inconnue Données insuffisantes

Le Conservatoire botanique national de Brest a ainsi évalué le niveau de menace de 1 452 taxons floristiques indigènes (1 284 espèces et 168 sous-espèces) sur les 2 589 taxons recensés dans le catalogue floristique de Bretagne. 3% des espèces évaluées ont d'ores et déjà disparues et 19% sont menacées ou quasi-menacées. Les milieux abritant le plus de taxons menacés sont les espaces littoraux, les zones humides et les milieux agricoles non intensifs comme les prairies "naturelles".

 

Quelques exemples d'espèces floristiques menacées :

  • Taxons en danger critique : l'Élatine fausse alsine Elatine alsinastrum, la Lobélie de Dortmann Lobelia dortmanna et le Panicaut vivipare Eryngium viviparum (dont ne subsiste qu'une station en Bretagne),
  • Taxons en danger : le Malaxis des marais Hammarbya paludosa et l'Euphorbe péplis Euphorbia peplis (plante typique des sables littoraux, fragilisée par les nettoyages de plage et la surfréquentation de son habitat),
  • Taxons vulnérables : la Fritillaire damier Fritillaria meleagris, la Gratiole officinale Gratiola officinalis et la Gesse de Pannonie Lathyrus pannonicus, trois taxons menacés par l'abandon des pratiques extensives de fauche et de pâturage.

Pour la faune, les experts régionaux se sont attachés à évaluer le degré de menace pesant sur les espèces mais aussi la responsabilité biologique de la Bretagne par rapport au contexte national de chaque espèce. Des catégories de responsabilité biologique régionale (RBR) ont ainsi été crées : mineure, modérée, élevée, très élevée, majeure. Sur les 619 espèces de vertébrés recensées en Bretagne, 425 espèces ont été évaluées en termes de menace et 342 en termes de responsabilité biologique régionale. 19% des vertébrés évalués sont menacés et, pour 20% des taxons évalués, la Bretagne a une responsabilité biologique régionale très élevée à majeure.

 

Nombre de taxons menacés et à haute RBR par groupe faunistique :

Groupe Nombre de taxons recensés en Bretagne Nombre de taxons évalués en termes de menace Nombre de taxons menacés Nombre de taxons évalués en termes de RBR Nombre de taxons à RBR très élevée à majeure

Taxons menacés

ET à RBR très élevée à majeure

Mammifères marins 25 10 3 3 3 Grand dauphin, Phoque veau-marin, Phoque gris
Mammifères continentaux 69 56 5 54 2 Lérot, Grand Rhinolophe
Oiseaux nicheurs 192 166 59 155 33 Busard cendré, Canard chipeau, Eider à duvet, Fuligule milouin, Fuligule morillon, Guêpier d'Europe, Macareux moine, Pic cendré, Sarcelle d'été, Sarcelle d'hiver, Sterne de Dougall, Tarier des prés, Busard des roseaux, Courlis cendré, Grand Gravelot, Locustelle luscinoïde, Mouette tritactyle, Océanite tempête, Pingouin torda, Fulmar boréal, Goéland argenté, Grand Cormoran, Gravelot à collier interrompu, Guillemot de Troïl, Huîtrier pie, Puffin des Anglais
Oiseaux migrateurs 403 142 10 79 23 Fuligule milouinan, Spatule blanche, Grand Gravelot, Grèbe esclavon, Plongeon imbrin
Amphibiens 18 15 1 15 0  
Reptiles 13 9 3 9 1 Vipère péliade

Poissons

d'eau douce

46 27 2 27 8 Anguille d'Europe, Grande Alose
Décapodes d'eau douce  - 2 1 2 1 Écrevisse à pattes blanches

Le travail d'évaluation des habitats naturels est en cours mais certains milieux méritent d'ores et déjà une attention particulière de par leur rôle de réservoirs de biodiversité de premier plan :

  • les têtes de bassins versants et les milieux oligotrophes associés,
  • les cours d’eau et les zones humides, mares incluses,
  • l’estran et certains de ses habitats spécifiques (herbiers zostères, cordons de galets...),
  • les îles et îlots,
  • les milieux landicoles,
  • les milieux forestiers, avec notamment les forêts hyper-atlantiques et les chênaies-hêtraies anciennes.

 

Les menaces pesant sur le patrimoine géologique sont difficiles à évaluer. Les efforts doivent toutefois se concentrer sur les 199 géotopes recensés dans le cadre de l'Inventaire régional du patrimoine géologique, mené par la Société Géologique et Minéralogique de Bretagne (SGMB). 25% des géotopes inventoriés présentent un intérêt national ou international.

Source : Chiffres clés du patrimoine naturel / Observatoire de l'Environnement en Bretagne / 2015
Source : Chiffres clés du patrimoine naturel / Observatoire de l'Environnement en Bretagne / 2015

L'Opérateur du Réseau :

Association des gestionnaires d'espaces naturels bretons
10 bd Sévigné / 22000 Saint-Brieuc
06 56 77 64 51
agenb@espaces-naturels.fr

Les financeurs :