Initiation à la mise en œuvre de protocoles "invertébrés"

14 septembre 2017 / Thorigné-Fouillard (35)

© AGENB
© AGENB

Principe :

Dispensée par Lionel Picard du GRroupe d’ETudes des Invertébrés Armoricains (GRETIA), cette journée de formation avait pour objectif d’initier les gestionnaires à la mise en œuvre de deux protocoles/méthodes de suivi "invertébrés" : l’Indice Linéaire d’Abondance appliqué aux orthoptères (ILA) et l’Indicateur composite des Coléoptères Aquatiques des Mares (IcoCAM). Un temps de présentation en salle a permis aux 21 gestionnaires présents de prendre connaissance des bases théoriques nécessaires à la compréhension et à la mise en œuvre de ces deux protocoles/méthodes. Puis, les participants se sont rendus sur le Domaine des Gaudriers, un Espace Naturel Sensible du Département d’Ille-et-Vilaine, pour une mise en application sur le terrain.


L’Indice Linéaire d’Abondance appliqué aux orthoptères (ILA) :

 

Développé par Voisin en 1983, l’ILA permet d’estimer la densité orthoptérique réelle d’une station. Cette variable peut être suivie dans le temps (notion de suivi) et/ou entre différentes stations. L’ILA est simple à mettre en œuvre et accessible pour le gestionnaire mais sa robustesse est limitée.


Le principe est simple. Tout d’abord, l’opérateur capture, identifie et compte le plus d’individus possible durant un temps donné ou jusqu’à atteindre un nombre de captures. Ensuite, l’opérateur réalise plusieurs transects de 10m de long sur 1m de large soit 10m² au sein d’une zone homogène. Sur chaque transect, l’opérateur progresse en comptant tous les individus fuyant son pas dans la bande d’un mètre de large considérée. Pour chaque transect, on obtient donc une densité relative par espèce grâce à la phase 1 et une densité globale grâce à la phase 2. Il ne reste plus qu’à appliquer les proportions par espèce à la densité globale pour obtenir une estimation de la densité réelle par espèce. Pour chaque station, on peut alors calculer une densité spécifique moyenne par transect que l’on multiplie par 10 pour obtenir une valeur pour 100m².

L’Indicateur composite des Coléoptères Aquatiques des Mares (IcoCAM) :

L’IcoCAM vise à évaluer les potentialités biologiques des mares via l’analyse qualitative des cortèges de coléoptères aquatiques. Cet indicateur a été développé par le GRETIA (avec l’appui de Boris Leroy du MNHN) dans le cadre du Programme Régional d’Actions pour les Mares (PRAM) porté par le CEN de Basse-Normandie. Inspiré d’un indicateur suisse (Indice Biologique des Etangs et des Mares ou IBEM), l’IcoCAM a été élaboré à partir d’un référentiel de 124 mares et étangs bas-normands entre 2010 et 2014. Depuis 2016, le référentiel intègre une trentaine de mares bretonnes.

L’IcoCAM est un indicateur composite, il est constitué de 4 indices spécifiques : l’Indice de rareté relative, la richesse spécifique, l’Indice de Spécialisation des Communautés et la richesse fonctionnelle.

Pour l’opérateur (gestionnaire ou GRETIA), il s’agit de renseigner une fiche de relevé comportant une trentaine de paramètres, de réaliser des prélèvements chronométrés au troubleau par mésohabitat et de procéder au tri des individus sur place.

Pour le GRETIA, la phase d'analyse comprend la détermination des coléoptères sous loupe binoculaire, la saisie des données dans un tableur et le traitement des données grâce à un script automatique sur le logiciel R permettant de calculer les valeurs des composantes de l'indicateur et de l'indicateur lui-même et de générer un rendu graphique.

L'Opérateur du Réseau :

Association des gestionnaires d'espaces naturels bretons
Espace KERAIA, 18 A rue du Sabot, 22440 Ploufragan
02 96 01 12 96
agenb@espaces-naturels.fr

Les financeurs :